Archives pour la catégorie Arcades

Paolo Doss à la rencontre des papys et mamys surfeurs

Le 6 novembre 2014, les résidents des trois homes malmédiens ont rejoint le Malmundarium. Après la projection d’une courte vidéo retraçant le projet Papy Mamy Surfeurs, ils ont assisté au spectacle de l’humoriste Paolo Doss. Une bonne tranche de rire qui s’est clôturée par un délicieux goûter durant lequel nos aînés ont pu échanger leurs impressions.

Avancer en marchant

Xhoffraix Attelage(rentree de fain)1950...

© Guy Adam

Un projet est programmé pour vivre un certain temps. La fin du projet « Papy Mamy surfeurs » dans les maisons de retraite était prévue, dès son point de départ, pour le 30 septembre 2014…

Avant de commencer, nous ne connaissions pas nos papys et mamys. A l’heure des bilans, des évaluations, il nous est impossible de les laisser !

Il nous reste un certain nombre de missions à accomplir et déjà des rebondissements se concrétisent, d’autres s’envisagent  avec ou sans tablettes : alimenter un wiki local, créer un journal de liaison avec le village,  alimenter la bibliothèque, apporter une visibilité au home sur Internet ou organiser des séances de jeux vidéo, etc.

Nos papys et mamys sont en mouvement. Au jour le jour. Les blogs et les réseaux sociaux  retraceront quelques étapes de nos routes communes. Au jour le jour.

Les métiers d’autrefois et les « nouvelles » technologies [atelier]

P1020167

La vie professionnelle marque chacun d’entre nous. Nous avons pu tester un jeu publié par les Editions Wehrfritz et qui convient bien pour les personnes nées dans la première moitié du vingtième siècle. Le jeu  qui s’appelle « Damals Berufe : 1940-1970 » comprend de grandes cartes-photos qui représentent des scènes professionnelles d’autrefois et des cartes  de métiers. Le but du jeu est de faire correspondre les outils typiques, la personne dans une scène précise de la profession et sa production. Différentes possibilités de jeu peuvent être réalisées et complexifiées selon les groupes (séniors, enfants). Il s ‘agit moins de gagner que d’entraîner sa capacité d’association, communiquer des anecdotes amusantes, partager son savoir-faire, retrouver le nom des outils.  Nous prenons des leçons de vocabulaire en wallon !  Nous nous demandons quelle place tient aujourd’hui l’informatique dans les métiers de chacun ?

Inscrire ses souvenirs dans le présent

 

P1020094

P1020090

© EPN M@lmédia

L’idée des ateliers numériques est de réaliser le carnet de souvenirs de nos aînés (voir le projet ici). Au fil des ateliers, des réunions,  les questions se posent : le passé passe-t-il vraiment ? comment le souvenir habite-t-il le présent  ? comment soude-t-il un groupe ?  comment permet-il aux participants de faire des projets ? que faisons-nous, animateurs, de cet énorme paquet cadeau ? quel est le rôle d’une bibliothèque dans la transmission ?

Nous ne pouvons pas faire l’impasse sur la philosophie du projet, les valeurs  de l’animation avec les personnes âgées, le « vivre ensemble ».  Les mouvements de la ligne du temps se jouent de nous, insufflent une dynamique, mettent le groupe en mouvement vers des projets : rédiger un journal, organiser une fête, intégrer les photos du passé dans le décor d’aujourd’hui… A notre tour, nous nous jouons de la ligne du temps ! Papy, mamy surfeurs surfent avant tout sur la vie…

Une école au bord du lac [mission de Madame T.]

Le barrage de Robertville  a été édifié sur la Warche entre  décembre 1925 et juillet 1929. Sa construction  destinée à alimenter la centrale hydroélectrique de Bévercé a bouleversé le site naturel et la vie du village.

Norbert Thunus évoque les habitations, les moulins, les chemins, les routes et les ponts engloutis dans son article « Sous les eaux du lac de Robertville » publié dans le tome 62 de la Revue « Malmedy-Folklore », p. 7-52.  Dans le même tome, Guy Lejoly  retrace en images toutes les étapes de la construction du barrage, p. 53-112.

Le lac de Robertville est devenu rapidement une destination de choix et  les propositions touristiques n’ont pas tardé à  se développer : hôtellerie, restaurant, pêche, natation, canotage, …

Robertville
© Madame T.

Du lit à la classe,  de la classe au lac, Madame T. n’avait qu’un plongeon à faire pour goûter aux plaisirs du savoir et de l’eau.  Elle habitait dans l’appartement situé au premier étage de l’école communale de Robertville. Ses parents y furent instituteurs depuis le printemps 1920 jusqu’en 1948 avant de migrer vers la ville.

© Madame T.

Pour Madame T., nous prenons quelques photos de l’école.

© EPN M@lmédia

Créer son pêle-mêle [mission de Monsieur L.]

011

© Monsieur L.

Les fêtes, anniversaires ou fêtes annuelles, sont des pêle-mêle vivants : chaque invité embellit l’événement. Les fêtes sont l’occasion de renouveler la décoration,  d’inviter des personnes extérieures, de partager un bon repas…

Voilà pourquoi Monsieur L.,  est particulièrement élégant et  aime que l’on s’attarde sur cette photo. Elle reflète l’esprit de fête et représente un moment privilégié entre tous les habitants du home, le personnel et les invités.

Créer son pêle-mêle ou sa galerie, que l’on passe du papier à la tablette ,  du mur qui lézarde à l’écran qui scintille, c’est , en déroulant le fil du temps, épingler les présents qui comptent, les garder près de soi, les faire revivre en toute liberté.

Des photos, encore et toujours [mission de Madame G.]

Le nom d’Outrewarche, petit village de la commune de Waimes, a pour origine (1443) sa situation géographique. Quant à son nom allemand « Spinne » , il désignerait les buissons de prunelliers ou d’aubépines qui abondaient dans le lieu.

Madame G. y a constitué tous ses albums : la famille sous toutes ses facettes.

Il n’est guère question de faire un choix. Au contraire, Madame G. veut  passionnément compléter, enrichir, créer de nouveaux albums. Madame G. aime poser et sans tablette de préférence…

Lançons la discussion : faut-il tout numériser, partager, dans quels espaces de mémoire ? Quelles traces souhaitons-nous donner à lire sur le web ?

 

© Madame G.

Le Moulin d’Anlier [mission de Madame C.]

La forêt d’Anlier est l’une des plus grandes et des plus majestueuses de Belgique. Elle se situe dans l’est de la province du Luxembourg. C’est à l’orée de celle-ci, dans un moulin plus précisément qu’est née Madame C., résidente aux Arcades. La plupart de ses souvenirs d’enfance sont reliés à ce lieu dont elle aimerait retrouver des traces.

MOULIN D4ANLIER

Nous avons donc contacté la Maison du Tourisme du Pays de la Forêt d’Anlier  qui nous a fait parvenir de la documentation. On apprend notamment que le moulin existait déjà au Moyen-Age. Les photos extraites du livre « Une clairière dans la forêt » ont particulièrement ému Madame C. Nous remercions Pierre de l’asbl A.N.L.I.E.R qui nous a fait parvenir ces clichés.


L’ouvrage « Une clairière dans la forêt » raconte l’histoire des villages d’Anlier, Louftémont, Vlessart et Behème à travers le regard d’habitants des villages concernés. Les coutumes et traditions des quatre hameaux formant la clairière de la forêt d’Anlier y sont déchiffrées. Des anecdotes qui nous éclairent sur la vie de nos campagnes d’autrefois. 

Pour avoir plus d’infos sur l’ouvrage, cliquez ICI ou bien LA pour contacter la Maison du Tourisme du Pays de la Forêt d’Anlier.

Identités, jeux de lettres et de chance [atelier 4]

Comme lors des trois  ateliers précédents, l’animation est centrée sur l’identité de la personne pour favoriser le contact et la reconnaissance dans le groupe.

Au début de chaque atelier, les participants regardent les photos de l’atelier précédent, une discussion s’engage à propos des photos que l’on peut diffuser ou celles que l’on veut garder pour soi. Les premières notions juridiques de propriété et de droit de la personne sur la toile sont évoquées.

Une pratique courante sur internet consiste à s’identifier sous un pseudonyme. Le principe est inspiré par une certaine précaution,  nous faisons part aux participants de notre volonté, en tant qu’auteurs du blog,  d’éviter les écueils et d’adopter une écriture respectueuse et valorisante.

Un jeu est proposé dans lequel chacun expose aux autres les surnoms dont il a fait un jour l’objet.  Affectueux, humoristique, ce surnom est souvent lié à une caractéristique, plus ou moins personnelle.

Les surnoms prennent forment grâce aux lettres du Scrabble  ; les anecdotes, comme les lettres se relient les unes aux autres. Chacun essaie ensuite, avec plus ou moins d’assurance, d’apposer sa signature sur la tablette graphique.

Galeries photos : © EPN M@lmédia

– Home Saint-Vincent de Paul à Xhoffraix (5 juin)

-Résidence du Grand Fa (11 juin)

– Résidence des Arcades (12 juin)

Le jeu de lettres  nous emmène  sur la piste d’autres jeux, jeux de chance ou de stratégie…. ce qui  permet aux participants de passer un moment joyeux ensemble.

Tablette magique ? Nous y croyons presque, mais ce sont bien les participants qui font le jeu avec leur bonne humeur et leur énergie.

Une séance consacrée aux jeux sur tablette s’impose pour la suite.  Nous faisons un clin d’oeil à Pascal Deru  « Ce n’est pas posséder des jeux qui importe, c’est les mettre entre nous qui les rend féconds  » .