Archives pour la catégorie Grand Fa

Paolo Doss à la rencontre des papys et mamys surfeurs

Le 6 novembre 2014, les résidents des trois homes malmédiens ont rejoint le Malmundarium. Après la projection d’une courte vidéo retraçant le projet Papy Mamy Surfeurs, ils ont assisté au spectacle de l’humoriste Paolo Doss. Une bonne tranche de rire qui s’est clôturée par un délicieux goûter durant lequel nos aînés ont pu échanger leurs impressions.

Avancer en marchant

Xhoffraix Attelage(rentree de fain)1950...

© Guy Adam

Un projet est programmé pour vivre un certain temps. La fin du projet « Papy Mamy surfeurs » dans les maisons de retraite était prévue, dès son point de départ, pour le 30 septembre 2014…

Avant de commencer, nous ne connaissions pas nos papys et mamys. A l’heure des bilans, des évaluations, il nous est impossible de les laisser !

Il nous reste un certain nombre de missions à accomplir et déjà des rebondissements se concrétisent, d’autres s’envisagent  avec ou sans tablettes : alimenter un wiki local, créer un journal de liaison avec le village,  alimenter la bibliothèque, apporter une visibilité au home sur Internet ou organiser des séances de jeux vidéo, etc.

Nos papys et mamys sont en mouvement. Au jour le jour. Les blogs et les réseaux sociaux  retraceront quelques étapes de nos routes communes. Au jour le jour.

Cameroun, laine & Kalachnikov [mission(s) de Madame C.]

Météo, puzzles ou autres applications ludiques, Madame C. n’en a que faire. Les lunettes relevées et le regard aiguisé, cette amoureuse des lettres n’a d’yeux que pour les recherches documentaires (et pour le scrabble!).

Ainsi, un bref coup d’oeil dans l’historique de ses recherches vaut mieux que de longs discours : « Cierreux », « La Ronce », « Provedroux », « Matiloé », « Alfa Roméo », « Cameroun »,  « Industrie de la laine à Verviers », « La vierge noire », « Kalachnikov », « Hôpital de Bavière », « Jesse Owens », « Cinéma et mathématiques », « le père Lachaise »… Les recherches fusent et le regard de la petite curieuse brille à la lecture des renseignements dévoilés par la tablette.

carabin words

Tous ces mots sont autant de moments de vie chers à Madame C. Des pays, des villages, des célébrités (…) qui n’ont pas pris une ride. Des voyages dans les souvenirs rendus possibles grâce à l’Internet et ses moteurs de recherche. « C’est fou tout ce qu’on peut faire avec ces petits appareils! » nous confie l’octogénaire.

Mais parfois, l’élève dépasse le maître et les histoires contées par la dame prennent le pas sur les textes affichés par la tablette.  Ses paroles nous passionnent. Et le moment n’en devient que plus savoureux!

Découvrez ci-dessous quelques photos et autres captures d’écrans tirées de l’univers de Madame C.

Les métiers d’autrefois et les « nouvelles » technologies [atelier]

P1020167

La vie professionnelle marque chacun d’entre nous. Nous avons pu tester un jeu publié par les Editions Wehrfritz et qui convient bien pour les personnes nées dans la première moitié du vingtième siècle. Le jeu  qui s’appelle « Damals Berufe : 1940-1970 » comprend de grandes cartes-photos qui représentent des scènes professionnelles d’autrefois et des cartes  de métiers. Le but du jeu est de faire correspondre les outils typiques, la personne dans une scène précise de la profession et sa production. Différentes possibilités de jeu peuvent être réalisées et complexifiées selon les groupes (séniors, enfants). Il s ‘agit moins de gagner que d’entraîner sa capacité d’association, communiquer des anecdotes amusantes, partager son savoir-faire, retrouver le nom des outils.  Nous prenons des leçons de vocabulaire en wallon !  Nous nous demandons quelle place tient aujourd’hui l’informatique dans les métiers de chacun ?

Prête-moi ta plume [mission de Madame C.]

cornet

© Madame C.,  ses cousines à l’école de Bellevaux

C’est la rentrée pour les papy et mamy surfeurs.   Les cahiers de brouillon, de style, de dictées ou de verbes apparus avec Jules Ferry sont au feu depuis belle lurette. Les tablettes ressemblent à s’y méprendre aux ardoises, en vogue au  dix-neuvième siècle. Les unes se transmettaient d’une génération à l’autre, les autres ne sont pas jetables, mais c’est tout comme.

Madame C. a craqué pour une tablette toute neuve. Quelle révolution dans les fournitures scolaires !   N’oublions pas de recharger les batteries avant de prendre le chemin des cours (petit clin d’oeil à Madame C.).

La Centenaire [mission de Madame G.]

Madame G. est fière d’être descendante de Bernardine Goffart née Lagamme, une Centenaire bien connue à Malmedy puisqu’une rue porte son nom depuis 1938. Petit retour en arrière sur cette tranche du passé malmédien.

goffart
© Madame G.

En fouillant dans les archives de la bibliothèque et grâce aux recherches du Royal Club Wallon, nous avons pu collecter différentes informations sur cette rue mais également sur la centenaire.

Bernardine Lagamme est née à Malmedy le 19 janvier 1828. Elle suivit une formation de dentelière. Une de ses dentelles fut offerte au roi Léopold III lors d’une visite à Malmedy et d’autres figuraient en bonne place au Musée du Folklore jusqu’en 1944. Elle enseigna elle-même son art aux dames de la bourgeoisie et l’exerçait encore dans sa centième année. Elle décéda à Malmedy à l’âge de 102 ans.


L’Avenue de la Centenaire prolonge la rue derrière les Murs, continue à longer la Warchenne tout en s’en écartant progressivement pour aboutir à la rue de la Tannerie. Au début du XXe siècle, c’était un lieu idéal pour étendre du linge. En 1946, le ministère de la Reconstruction y fit bâtir six pavillons destinés aux sinistrés du bombardement de Noël 1944; ils furent démolis en 1955. Dans les années 60, on y a aménagé une piste pour patineurs à roulettes qui sert aujourd’hui de parking pour voitures.
Pour en savoir plus sur la toponymie des rues de Malmedy, référez vous à l’étude de Robert Christophe intitulée « Malmedy, ses rues, ses lieux-dits » disponible à la bibliothèque et au Royal Club Wallon.

Identités, jeux de lettres et de chance [atelier 4]

Comme lors des trois  ateliers précédents, l’animation est centrée sur l’identité de la personne pour favoriser le contact et la reconnaissance dans le groupe.

Au début de chaque atelier, les participants regardent les photos de l’atelier précédent, une discussion s’engage à propos des photos que l’on peut diffuser ou celles que l’on veut garder pour soi. Les premières notions juridiques de propriété et de droit de la personne sur la toile sont évoquées.

Une pratique courante sur internet consiste à s’identifier sous un pseudonyme. Le principe est inspiré par une certaine précaution,  nous faisons part aux participants de notre volonté, en tant qu’auteurs du blog,  d’éviter les écueils et d’adopter une écriture respectueuse et valorisante.

Un jeu est proposé dans lequel chacun expose aux autres les surnoms dont il a fait un jour l’objet.  Affectueux, humoristique, ce surnom est souvent lié à une caractéristique, plus ou moins personnelle.

Les surnoms prennent forment grâce aux lettres du Scrabble  ; les anecdotes, comme les lettres se relient les unes aux autres. Chacun essaie ensuite, avec plus ou moins d’assurance, d’apposer sa signature sur la tablette graphique.

Galeries photos : © EPN M@lmédia

– Home Saint-Vincent de Paul à Xhoffraix (5 juin)

-Résidence du Grand Fa (11 juin)

– Résidence des Arcades (12 juin)

Le jeu de lettres  nous emmène  sur la piste d’autres jeux, jeux de chance ou de stratégie…. ce qui  permet aux participants de passer un moment joyeux ensemble.

Tablette magique ? Nous y croyons presque, mais ce sont bien les participants qui font le jeu avec leur bonne humeur et leur énergie.

Une séance consacrée aux jeux sur tablette s’impose pour la suite.  Nous faisons un clin d’oeil à Pascal Deru  « Ce n’est pas posséder des jeux qui importe, c’est les mettre entre nous qui les rend féconds  » .

 

On-off, premiers pas, premières pages [atelier 2]

Lors de la deuxième séance, les participants ont apporté une photo évoquant un souvenir ayant eu lieu sur le territoire de Waimes et Malmedy, ses villages ou dans une région plus ou moins proche. Ces documents, numérisés sur-le-champ  et visionnés en groupe,  constituent les premières pages du Carnet de souvenirs : une photo de famille, un moment de fête, le portrait d’un proche,…chacun raconte en toute liberté des petites choses bien précieuses.

Il s’agit d’une rencontre et d’un voyage singulier, un voyage de mémoire qui s’articule autour de souvenirs et qui commande, sur notre sollicitation, une action dans le présent. Ces commandes d’actions, nous avons convenu de les appeler « missions » : retrouver une maison d’enfance, un restaurant, une école, refaire un chemin tant de fois parcouru, prendre la photo qui a toujours manqué …

Concrètement, les participants produisent, avec notre aide, du contenu important pour eux, ce qui constitue ensuite une motivation à l’utilisation de la tablette ou l’ouverture des portes d’internet.

Pour conclure la séance, chacun fait ses premiers pas avec la tablette :  allumer-éteindre, ouvrir l’album-photo des lieux de naissance,  faire défiler les images, revenir en arrière, agrandir …. le tout dans une belle « application » et concentration et avec une facilité déconcertante.

Vous retrouverez les lieux de naissance et les missions  pointés sur un de nos outils récurrents d’animation : la carte du territoire.

P1000862
© EPN M@lmédia

 

Galeries photos : © EPN M@lmédia

– Résidence des Arcades (8 mai)

– Home Saint-Vincent de Paul à Xhoffraix (8 mai)

– Résidence du Grand Fa (21 mai)

Présentation, devinette et autoportrait [atelier 1]

24 avril, les ateliers démarrent !

Nous avons hâte de faire connaissance avec les personnes âgées et de faire un bout de chemin avec elles.

L’accueil qui nous est réservé par les institutions et les personnes est  tantôt chaleureux,  enjoué, tantôt interrogateur, dubitatif et curieux :  « Moi, l’informatique…. », « Je ne suis plus capable »…

Nous présenter, présenter le projet tel qu’il a été « imaginé », le contexte,  les autres participants,  … des petites étapes bien préparées avec l’idée de découvrir les attentes des personnes et de réveiller les envies oubliées, effacées. Ces envies, ou attentes, sont les fondements de notre travail d’animation.

Lors de cette première séance, par la voie du jeu, nous avons pu apprendre à connaître les personnes, amener les personnes à tenter de nouvelles expériences et découvrir rapidement par elles-mêmes de nouvelles aptitudes ou capacités.

Un jeu de devinettes a été proposé avec une table remplie d’objets reliés aux « nouvelles » technologies, à la communication, à l’information ou à la culture. Nous avons déniché des disques durs, vinyls, cadran téléphonique, liseuse, polaroid, livre, jeu ancien, portables, etc… les participants ont été encouragés à toucher, peser, sentir les objets, chercher des liens entre eux. Les questions et indices ont fusé et les participants ont émis de nombreux souvenirs  liés aux « nouvelles » technologies d’antan.

P1000226
© EPN M@lmédia

Chacun  a  utilisé, avec succès,  la tablette et réalisé une photo autoportrait. Le résultat nous a fait beaucoup rire mais nous appartient !

2014-04-24 15.35.11
© EPN M@lmédia

Nous repartons à la bibliothèque avec une multitude d’informations et une première mission : déplier la carte du territoire et réaliser un reportage-photo des lieux de naissance.

P1000863
© EPN M@lmédia

Galeries photos : © EPN M@lmédia

– Résidence des Arcades (24 avril)

– Home Saint-Vincent de Paul à Xhoffraix (24 avril)

– Résidence du Grand Fa (14 mai)