Tous les articles par Kevin

Avancer en marchant

Xhoffraix Attelage(rentree de fain)1950...

© Guy Adam

Un projet est programmé pour vivre un certain temps. La fin du projet « Papy Mamy surfeurs » dans les maisons de retraite était prévue, dès son point de départ, pour le 30 septembre 2014…

Avant de commencer, nous ne connaissions pas nos papys et mamys. A l’heure des bilans, des évaluations, il nous est impossible de les laisser !

Il nous reste un certain nombre de missions à accomplir et déjà des rebondissements se concrétisent, d’autres s’envisagent  avec ou sans tablettes : alimenter un wiki local, créer un journal de liaison avec le village,  alimenter la bibliothèque, apporter une visibilité au home sur Internet ou organiser des séances de jeux vidéo, etc.

Nos papys et mamys sont en mouvement. Au jour le jour. Les blogs et les réseaux sociaux  retraceront quelques étapes de nos routes communes. Au jour le jour.

Le morpion à tout âge [atelier]

Il existe désormais de nombreuses applications de jeux destinées aux personnes âgées. Celles-ci sont particulièrement appréciées par les participants  aux ateliers qui se familiarisent rapidement avec la tablette tout en exerçant leur mémoire, leur réflexion ou concentration.

« Quand ça m’énerve, je triche un peu…. »
« J’arrête, sinon je ne dormirai pas ! »
Progressivement,  l’énervement fait place à la combativité, la volonté de progresser, la confiance en soi et c’est souvent  la bonne humeur qui gagne les parties. Le temps passe vite !

P1010946

Voici le top 8 des jeux les plus appréciés lors des ateliers.

Jeux de réflexion
Jeu de Morpion (Tic Tac Toe)
Candy Crush Saga
4 Images 1 Mot

Puzzles
Live Puzzle! Animaux Forêt
Enfants animaux Jigsaw Puzzles

Jeux de lettres :
Mots cachés 
Mots mêlés 
Classic Words en français (Scrabble)

 

 

La Centenaire [mission de Madame G.]

Madame G. est fière d’être descendante de Bernardine Goffart née Lagamme, une Centenaire bien connue à Malmedy puisqu’une rue porte son nom depuis 1938. Petit retour en arrière sur cette tranche du passé malmédien.

goffart
© Madame G.

En fouillant dans les archives de la bibliothèque et grâce aux recherches du Royal Club Wallon, nous avons pu collecter différentes informations sur cette rue mais également sur la centenaire.

Bernardine Lagamme est née à Malmedy le 19 janvier 1828. Elle suivit une formation de dentelière. Une de ses dentelles fut offerte au roi Léopold III lors d’une visite à Malmedy et d’autres figuraient en bonne place au Musée du Folklore jusqu’en 1944. Elle enseigna elle-même son art aux dames de la bourgeoisie et l’exerçait encore dans sa centième année. Elle décéda à Malmedy à l’âge de 102 ans.


L’Avenue de la Centenaire prolonge la rue derrière les Murs, continue à longer la Warchenne tout en s’en écartant progressivement pour aboutir à la rue de la Tannerie. Au début du XXe siècle, c’était un lieu idéal pour étendre du linge. En 1946, le ministère de la Reconstruction y fit bâtir six pavillons destinés aux sinistrés du bombardement de Noël 1944; ils furent démolis en 1955. Dans les années 60, on y a aménagé une piste pour patineurs à roulettes qui sert aujourd’hui de parking pour voitures.
Pour en savoir plus sur la toponymie des rues de Malmedy, référez vous à l’étude de Robert Christophe intitulée « Malmedy, ses rues, ses lieux-dits » disponible à la bibliothèque et au Royal Club Wallon.

Le Moulin d’Anlier [mission de Madame C.]

La forêt d’Anlier est l’une des plus grandes et des plus majestueuses de Belgique. Elle se situe dans l’est de la province du Luxembourg. C’est à l’orée de celle-ci, dans un moulin plus précisément qu’est née Madame C., résidente aux Arcades. La plupart de ses souvenirs d’enfance sont reliés à ce lieu dont elle aimerait retrouver des traces.

MOULIN D4ANLIER

Nous avons donc contacté la Maison du Tourisme du Pays de la Forêt d’Anlier  qui nous a fait parvenir de la documentation. On apprend notamment que le moulin existait déjà au Moyen-Age. Les photos extraites du livre « Une clairière dans la forêt » ont particulièrement ému Madame C. Nous remercions Pierre de l’asbl A.N.L.I.E.R qui nous a fait parvenir ces clichés.


L’ouvrage « Une clairière dans la forêt » raconte l’histoire des villages d’Anlier, Louftémont, Vlessart et Behème à travers le regard d’habitants des villages concernés. Les coutumes et traditions des quatre hameaux formant la clairière de la forêt d’Anlier y sont déchiffrées. Des anecdotes qui nous éclairent sur la vie de nos campagnes d’autrefois. 

Pour avoir plus d’infos sur l’ouvrage, cliquez ICI ou bien LA pour contacter la Maison du Tourisme du Pays de la Forêt d’Anlier.

L’ancienne poste de Xhoffraix [mission de Madame W.]

Parmi la douzaine de curés qui se sont succédés à Xhoffraix, le curé Beckmann, en possession de la cure dès 1889,  a témoigné un attachement tout particulier à sa paroisse. Travailleur infatigable, il mit en place une coopérative agricole, une laiterie, ainsi que la distribution d’eau dans les trois villages.  Au début du vingtième siècle, Xhoffraix était éloigné de toutes communications et d’un accès difficile. Dès 1900, le Curé Beckmann, soucieux de construire de meilleures relations avec l’extérieur, dirigea lui-même un presbytère qui portait aussi les enseignes de la poste et du téléphone. Il obtint une malle-poste pour le transport des productions (airelles, myrtilles, lait…)  et, en même temps, pour faciliter le trajet des personnes âgées jusqu’à la ville.

© Malmedy-Folklore – Xhoffraix (1899 et vers 1918) avec notamment le presbytère et le bureau de poste

Madame W. habitait le dernier bureau de poste de Xhoffraix au 15, rue des Charmilles. Elle nous parle de son mari, J., facteur, qui effectuait la tournée du village, puis rentrait ouvrir le bureau situé dans la maison familiale.

Précédemment, le bureau était situé, juste en face, dans la maison des beaux-parents de Madame W. Aujourd’hui, un local utilisé comme débarras est toujours appelé « la poste » par les habitants du lieu.

 

Le Farfadet à Longfaye [mission de Madame V.]

Notre quête de souvenirs nous a emmenés dans le petit village de Longfaye, au restaurant Le Farfadet où Madame V. avait fêté un jeudi gras avec ses amies il y a quelques dizaines d’années.

un jeudi gras au farfadet

Les propriétaires (Denise et Ruddy Spoden) souhaitaient un nom pour leur restaurant autour de l’univers des nains. Celui-ci a été trouvé sur un t-shirt présent dans le catalogue de vente par correspondance d’une société bien connue.

Voici 3 ans, le restaurant a fermé ses portes et fait place désormais à un appartement à caractère rustique et campagnard.

Une vidéo-conférence reliant le home Saint-Vincent de Paul (Xhoffraix) au Farfadet a été réalisée, permettant ainsi à Madame V. de discuter avec Denise et Ruddy.

Par ailleurs, le trajet reliant la maison de repos au restaurant a été filmé par nos soins et a été visionné sur les tablettes.

Pour visiter le site Internet du Farfadet ou la page Facebook,  cliquez ICI ou LA.

Le chemin de l’ermitage [mission de Madame B.]

Tous les jours, Madame B. parcourait ce chemin à pied .Elle partait de Bernister, passait par Bévercé pour finalement rejoindre l’école au centre de Malmedy.

Le chemin traverse maintenant des propriétés privées, clôturées et l’accès n’est plus autorisé sur certains tronçons. Avec l’aimable participation de sa fille et son beau-fils, nous avons filmé le parcours que voici :

Le chemin de l’ermitage from EPN M@lmedia on Vimeo.

Plusieurs points de vues et édifices jalonnaient le parcours de Madame B., notamment l’ermitage de Saint-Antoine qui surplombe Bévercé. Erigé en 1446 et classé depuis 1979, ce site est propice à la contemplation et au recueillement. Il accueille encore des fidèles pour la célébration eucharistique.

Pour en savoir plus sur Bévercé et ses alentours, cliquez ICI.

La Ferme Libert [mission de Madame G.]

Ce ne sont pas Victor Hugo, Voltaire ou Proust qui contrediront Madame G. lorsque,  avec une émotion rapidement partagée, elle évoque  les célèbres gaufres de la Ferme Libert, véritable institution locale fondée par Madame Marie-Catherine Thomas en 1934. Mme G. y a travaillé de nombreuses années.

fermelibert (18)
© EPN M@lmédia

Une mission s’est donc imposée : rendre compte du bâtiment après la rénovation et tester ensemble la saveur des « nouvelles » gaufres.