Tous les articles par Roseline

La groumète, la recette et la tablette [mission de Madame V.]

Madame V. a les yeux qui brillent lorsqu’elle nous parle des « groumètes », nous avons l’eau à la bouche… Notre rôle se  limitera, par courriel, à exprimer la demande de Madame V. à un habitant du village, Marc Dewalque, boulanger à la retraite.  Sa réponse, retranscrite ci-dessous, contient toute l’architecture des pains qu’il fabriquait : la recette, l’esprit de la recette, le petit détail qui tue, les variantes….et la clé de voûte, la passion. N’hésitez pas à visiter son site en cliquant ici.

RECETTE

Pour 4 personnes
INGRÉDIENTS: 750 gr. de farine d’avoine
ou 750 gr. d’un mélange de 1/2 de froment et de sarrasin
ou 750 gr. d’un mélange de flocons d’avoine pré-trempés et d’un peu de farine de froment
35 dl. d’eau
10 gr. de sel
250 gr. de lard gras, c’est déjà pour une riche « groumète », cette quantité. Le lard sera fumé ou non-fumé suivant les goûts.
Il est possible de ne mettre que du saindoux, on en trouve encore facilement du bon à Montjoie dans les commerces.

FACULTATIF (c’est à dire au goût de chacun, et version enrichie de la recette originale)
100gr. d’oignons hachés fins
du lait à la place de l’eau (où un mélange eau/lait)
1 à 2 oeufs
MÉTHODE
 Faire cuire l’eau et le sel et éventuellement les oignons
 Dans les bouillonnements de l’eau qui cuit, « semer » doucement la farine.
 Arrêter de « semer » quand la louche tient droite dans le récipient.
 Faire fondre le lard et vider graisse fondue et crêtons sur le mélange.

L’ESPRIT DANS LEQUEL EST PENSÉ LA RECETTE
Il faut essayer d’obtenir de nos jours , ce que l’on aurait appelé autrefois, une plantureuse et riche « groumète ».
Si ce plat représentait la fête à table pour nos ancêtres, aujourd’hui on le rechercherait plus pour son authenticité, voire sa rusticité, c’est pour cette raison que le choix d’une farine ou mélange de farine est important, la qualité et la quantité de lard aussi.

C.U.F.D.P.D.Q.F.U.B.R. (= C’EST UNE FOULE DE PETITS DÉTAILS QUI FONT UNE BONNE RECETTE)
Chercher de la farine d’avoine, c’est celle qui convient le mieux (parce que généralement légèrement toastée), comme cela devient difficile à trouver dans le commerce, les propositions de mélange vu à ingrédients pourront donner le goût « terroir » à votre groumette.
Les ardennais du Luxembourg intègrent des oignons dans leur « groumote ». Pour eux, les oignons c’est la sauce des « groumettes ».
De notre côté, on disait plutôt que le graisse (le lard fondu), c’est l’âme des groumettes ». « Po fé dès bonès groumètes, i fâ ku lu pourcê bagne duvins », soit; « Pour faire des bonnes groumettes, il faut que le porc (lisez le lard) baigne dedans ».
Autrefois, les convives se dépêchaient d’arriver au fond du plat où toute la famille puisait, c’est là que se trouvait la graisse fondue du lard.
Bien sûr, chacun s’arrange à sa manière. Certains n’ont renseigné des ajouts de lait, d’oeuf et d’autres encore après avoir roulé des petites boules de pâte, font recuire recuire celle-ci à la manière des « knoudelles » dans l’eau salée, mais ce sont là des variantes récentes venues avec l’élévation du niveau de vie qui a toujours tendance à enrichir exagérément les plats traditionnels et leur faire perdre leurs originalités.
On peut chauffer les groumettes excédentaires dans une poêle pour souper ou encore au petit déjeuner, cette dernière pratique était courante autrefois. ©Marc Dewalque

Après la lecture du courriel, laissons lever la pâte, le temps pour M. Dewalque et nous-mêmes, de taquiner le cochon, tester les cuissons sans négliger la F.D.P.D.Q.F.U.B.R. pour ensuite nous retrouver.

La Fureur de lire, moment festif du projet « Papy Mamy surfeurs » , s’annonce plantureuse !

 

 

 

Identités, jeux de lettres et de chance [atelier 4]

Comme lors des trois  ateliers précédents, l’animation est centrée sur l’identité de la personne pour favoriser le contact et la reconnaissance dans le groupe.

Au début de chaque atelier, les participants regardent les photos de l’atelier précédent, une discussion s’engage à propos des photos que l’on peut diffuser ou celles que l’on veut garder pour soi. Les premières notions juridiques de propriété et de droit de la personne sur la toile sont évoquées.

Une pratique courante sur internet consiste à s’identifier sous un pseudonyme. Le principe est inspiré par une certaine précaution,  nous faisons part aux participants de notre volonté, en tant qu’auteurs du blog,  d’éviter les écueils et d’adopter une écriture respectueuse et valorisante.

Un jeu est proposé dans lequel chacun expose aux autres les surnoms dont il a fait un jour l’objet.  Affectueux, humoristique, ce surnom est souvent lié à une caractéristique, plus ou moins personnelle.

Les surnoms prennent forment grâce aux lettres du Scrabble  ; les anecdotes, comme les lettres se relient les unes aux autres. Chacun essaie ensuite, avec plus ou moins d’assurance, d’apposer sa signature sur la tablette graphique.

Galeries photos : © EPN M@lmédia

– Home Saint-Vincent de Paul à Xhoffraix (5 juin)

-Résidence du Grand Fa (11 juin)

– Résidence des Arcades (12 juin)

Le jeu de lettres  nous emmène  sur la piste d’autres jeux, jeux de chance ou de stratégie…. ce qui  permet aux participants de passer un moment joyeux ensemble.

Tablette magique ? Nous y croyons presque, mais ce sont bien les participants qui font le jeu avec leur bonne humeur et leur énergie.

Une séance consacrée aux jeux sur tablette s’impose pour la suite.  Nous faisons un clin d’oeil à Pascal Deru  « Ce n’est pas posséder des jeux qui importe, c’est les mettre entre nous qui les rend féconds  » .

 

Le battement de cil d’une mamy

P1000980
© EPN M@lmédia

« Un battement d’ailes de papillon peut changer l’avenir. Que dire du battement de cil d’une mamy ou d’un papy quand il surfe, à petits pas, sur la vie ? C’est la grand-voile qu’il faut hisser dans le vent de l’enfance et des souvenirs. Une souris sort du petit tas de feuilles sèches, les images se lovent de l’autre côté des paupières, la mémoire se déroule bien plus vite qu’une barre de défilement, le curseur fouille le fond des poches et des tiroirs et pointe l’é-motion. La zone d’affichage est large au fond des yeux…. les touches directionnelles vers l’autre sont libres d’utilisation. Mamy choisit, Papy interagit… le lecteur devient auteur. Qu’est-ce que cela change, direz-vous ? »

Ces quelques lignes qui racontent l’essentiel du projet, l’ont inscrit de cette manière dans deux mouvements culturels importants : Je lis dans ma commune (avril 2014) et la Fureur de lire (octobre 2014). Les thématiques respectives des deux opérations  « Lectures en mouvement » et « Lectures en liberté » nous ont aidés à dessiner notre fil conducteur.

Papy et Mamy surfeurs

Créé pour la première fois en 2011 à l’initiative de la Ministre de la Santé, de l’Action sociale et de l’Egalité des chances, le projet « Papy et Mamy surfeurs » avait pour objectifs de lutter contre la fracture numérique et de participer à la qualité de vie de nos aînés via les nouvelles technologies.

Eric Blanchart, Chargé de mission à TechnofuturTIC pour les EPN de Wallonie, nous rappelle dans Témoignages de 4 ans de projets Papy et mamy surfeurs par les EPN de Wallonie que ce pouvait être pour certains seulement de s’ouvrir à la curiosité de l’internet mais aussi de maintenir des contacts avec la famille ou les amis éloignés, conserver des liens sociaux, organiser autour de l’accès à l’ordinateur des activités stimulant un rythme de vie ou de loisirs, une dynamique au sein de la communauté des résidents,… le tout dans un esprit solidaire.

P1010365
© EPN M@lmédia

L’espace public numérique M@lmédia a répondu positivement en septembre 2013 à l’appel à projets lancé par Le Service public de Wallonie afin de mieux comprendre avec les séniors des maisons de retraite les usages des tablettes, de les démystifier, pour les intégrer dans les activités existantes ou de nouvelles à créer.

Le planning se dessinait ainsi :

Octobre-novembre 2013 : état des lieux des demandes en collaboration avec le personnel administratif et soignant des résidences et homes

Janvier-mars 2014 : acquisition du matériel d’animation, construction d’un cycle d’animation en cohérence avec les demandes initiales

Avril 2014-septembre 2014 : mise en route des ateliers réguliers dans les trois homes du territoire, récolte et mise en oeuvre des missions individuelles et collectives du carnet de souvenirs, réalisation du blog et du carnet

Octobre 2014 : événement festif

Le subside obtenu  pour ce projet s’élève à 5.000 euros et est destiné à l’achat des tablettes, de petit matériel ainsi qu’une intervention dans les frais de personnel (animateurs, formateurs).